Agence de voyages Bretagne Secrète : 02.51.85.20.98 / 06.25.97.45.42 contact@bretagne-secrete.com

BENEDICTION DE L'AMOUR ENTRE DEUX ÊTRES AVEC UN DRUIDE

Le concept d’Amour selon la Tradition druidique.

Cette cérémonie célèbre et honore, aux yeux des Déités,

l’Amour vivant qui émeut et anime les êtres, quel que soit leur sexe.

ANNEE 2017

Dates de célébration des Bénédictions de l’Amour entre les êtres : 9 juin 2017

ANNEE 2018

Dates de célébration des Bénédictions de l’Amour entre les êtres : 28 juin 2018

ANNEE 2019

Dates de célébration des Bénédictions de l’Amour entre les êtres : 17 juillet 2019

Cette cérémonie célèbre et honore, aux yeux des Déités, l’Amour vivant qui émeut et anime les êtres, quel que soit leur sexe.

Le choix du lieu privilégiera les clairières sacrées, cœurs des pagus et lieux de retrouvailles de la communauté druidique pour les célébrations polycultuelles (faisant intervenir plusieurs divinités).

 

L’Amour est une force d’attraction entre les êtres. L’Amour est émotion, vibration, sensibilité.

Les questions d’âge et de sexe ne limitent pas son expression ; il peut relier aussi bien un homme et une femme, deux hommes ou deux femmes. Car si en un sens, l’Amour est danse du féminin et du masculin, nous constatons chaque jour combien ces deux polarités sont présentes et s’expriment en chaque être.

 

Une fois célébrée, la Bénédiction est enregistrée par un Barde dans les registres de l’Ordre Druidique de Dahut.

La résonance sacrée impose comme date la grande fête sacerdotale de Dagdia, notamment fête de l’attraction, de l’Amour et de l’incarnation. Ainsi les Bénédictions de l’Amour peuvent être organisées une fois par Roue, à une date déterminée par le rythme de Belisama (lune).

 

Autour de ce cœur sacré et religieux, l’organisation de tous les aspects pratiques et esthétiques suit la créativité et les désirs des Aimés, en toute liberté de style, de goûts et d’affinités, sous réserve cependant de cohérence avec l’esprit profond de cette célébration (voir notamment plus bas la question souvent évoquée des symboles de lien).

Cette cérémonie religieuse est bien entendu subordonnée au fait d’être de sensibilité religieuse polythéiste, ce qui suppose normalement d’appartenir à la communauté druidique païenne, et, a minima, de ne pas faire partie d’une autre communauté religieuse (notamment juive, chrétienne, musulmane…). Pour tous ceux qui sont dans ce dernier cas et qui se sentent appelés par d’autres valeurs et pratiques, les sacerdotes druidiques sont à même de mettre en œuvre des protocoles de retour à l’état naturel de païen (débaptisation, renonciation à l’Islam…).

Rencontrer un Druide

  • Ses aspects sacrés comprennent différents Serments des Aimés face aux divinités (notamment Aliya, Ahès, Belisama), présentes au travers des sacerdotes officiants. En retour les Aimés reçoivent la Bénédiction des Dieux et des Déesses sur leur être et sur l’Amour qui les a attiré l’un vers l’autre. Cette Bénédiction engage ceux qui la reçoivent à cultiver, nourrir, faire rayonner, et à respecter profondément l’Amour qui anime leur relation, y compris dans la reconnaissance éventuelle de sa disparition. Ainsi la Bénédiction de l’Amour entre les Êtres suppose implicitement la séparation dans le cas où l’Amour n’est plus présent.

Par ailleurs, cette bénédiction, par respect pour la Loi Française, se doit d’être précédée par un mariage civil en Mairie. Cependant, elle se distingue profondément de celui-ci dans son esprit car elle s’éloigne de l’esprit judéo-chrétien du mariage qui a constitué le socle de base juridique pour la rédaction du Code Napoléonien. En effet, elle ne promeut en aucun cas la jouissance de la femme par l’homme, ni toute autre supériorité de l’un sur l’autre. Elle n’interdit pas le divorce et même l’encourage en cas de disparition de l’Amour entre les êtres concernés. Elle n’inclut pas dans ses valeurs la fidélité, même si elle souligne l’importance de la loyauté des sentiments.

Pour ces raisons, son organisation ne peut faire appel à aucun moment aux divers symboles de lien et d’union présents dans d’autres cérémonies religieuses, tels que les alliances, anneaux, rubans noués, échanges de vœux ou de présents (qui renvoient à la dot accompagnant la future épouse dans le cadre d’un mariage). Cela reviendrait en effet à entériner la possession des êtres concernés l’un par l’autre.

En revanche, les Aimés peuvent prévoir la mise en œuvre de symboles de co-création, de croissance et d’attraction : chant, danse, œuvre artistique commune (dessin, sculpture…) ; incarnations vivantes du couple et de l’Amour, et, selon les cas, de la famille.

Ceci, et toutes autres questions tant pratiques que religieuses, peut être évoqué et préparé lors des différents entretiens préalables nécessaires effectués auprès des sacerdotes.

Pour plus d'informations :

Contactez-nous !